Substance-Stratégies

Évaluation

Les médias sociaux: un outil de recherche marketing

Publié le: 02/11/2014

Il est possible de réaliser trois types de recherche marketing via les médias sociaux : la recherche quantitative, la recherche qualitative et le crowdsourcing. L’important, c’est d’utiliser pertinemment chaque type de recherche.

1- La recherche quantitative (alias combien?)

Si la plateforme sociale utilisée fournit les paramètres sociaux-démographiques du public rejoint, on peut se permettre de réaliser une recherche quantitative (en autant que l’on pondère ultérieurement pour redresser l’échantillon). Plus l’incidence naturelle est basse, plus l’utilisation de la plateforme est attrayante économiquement (si on cherche à joindre exclusivement les 25-34 ans, par exemple). À ce sujet, Facebook offre aux organisations ayant plus de 5000 fans la possibilité de cibler le public à rejoindre en fonction de l’âge, du sexe, de la langue, etc.

Malgré ses attraits, l’utilisation quantitative des médias sociaux sert davantage à donner un ordre de grandeur qu’à quantifier à la décimale près. Cela dit, même si les résultats avaient été différents numériquement via une recherche marketing « traditionnelle », on en serait probablement arrivés aux mêmes conclusions. Autrement dit, les résultats obtenus par les médias sociaux sont indicatifs plutôt que représentatifs au plan statistique.

Comme nous croyons fermement à la recherche pour prendre de meilleures décisions et non pour obtenir des données exactes, les médias sociaux peuvent être un outil des plus intéressants.

2- La recherche qualitative (alias pourquoi?)

La recherche qualitative via les médias sociaux a beaucoup en commun avec les groupes de discussion. Évidemment, sur les plateformes en ligne, il est parfois impossible d’avoir le même contrôle qu’avec les méthodes plus traditionnelles (que ce soit sur le format d’une réponse ou sur la façon de présenter les stimuli).

Toutefois, la recherche qualitative sur les médias sociaux permet de rejoindre un grand bassin de répondants à un prix intéressant. On utilisera ce type de recherche pour comprendre un nouveau phénomène ou pour formuler des hypothèses. Évidemment, les résultats obtenus ainsi devraient être vérifiées par d’autres méthodes par la suite.

La raison pour laquelle il faut éviter de généraliser les résultats de l’approche est exacerbée parle phénomène de la minorité tapageuse versus la minorité silencieuse. Ainsi, il faut être prudent et conscient que la question posée puisse avoir interpelé un type d’individu plus qu’un autre (le cas des élections provinciales nous vient à l’esprit).

3- Le crowdsourcing (alias comment?)

Le crowdsourcing, c’est l’utilisation libre d’un public pour obtenir des réponses ou des suggestions originales dans le but de résoudre une problématique. C’est la version numérique de la boîte à suggestions et la beauté de cette approche est que les internautes peuvent prendre connaissance des idées déjà émises pour les enrichir, les critiquer ou les évaluer.

Avec ce type de question hyper-ouverte, les médias sociaux peuvent devenir des sources d’innovation. Seul bémol : la confidentialité. Les compétiteurs peuvent surveiller les questions et les réponses et s’en servir à leur tour, sans restrictions. Qui plus est, ils peuvent aussi déduire nos problèmes et nos défis et en tirer profit.

Pour résumer, les médias sociaux sont prometteurs pour la recherche marketing. La meilleure utilisation qu’une entreprise puisse en faire est d’abord le crowdsourcing, suivi de la recherche qualitative et, finalement, de la recherche quantitative.